lundi, février 06, 2006

WE a Poznan


Tres jolie ville, humaine, charmante.
Evidemment plus vue du cote nocturne que culturel.

Pour trois raisons certainement : la ville (etudiante) s'y prete bien, les tres nombreux clubs sont accueillants et nous avions rendez-vous la bas avec des locaux vendredi soir et d'autres encore le samedi soir. (plus tous ceux que nous avons rencontre le premier soir et tente de revoir le lendemain) qui se font un plaisir de nous en montrer quelques uns. Enfin, troisieme raison, c'est quand meme apres 20H et jusqu'a peu avant 7H du matin que je peux le mieux pratiquer mon polonais et rencontrer du monde. Les gens etant alors etrangement beaucoup ouverts et detendus. Et je dois dire que ce fut encore deux soirees ou mon polonais a bien progresse...
Question culture : rapide visite de l'expo Goya, ballade en vieille ville sous un ciel bien gris et par un froid redoutable, le tout agremente d'un petit vent siberien. Tomber nez a nez avec l'hotel de ville pile juste pile a midi tandis qu'une foule de badot, le nez en l'air regarde deux chevreaux se croiser 12 fois les cornes sous l'horloge de ce batiment baroque a la beaute contestable, tronant au centre du Stary Rynek. (J'ai du attendre 2 jours pour en connaitre la raison, l'office du tourisme etant ferme le samedi et nos guides ne renfermant pas d'information sur l'histoire de ce combat de chevres. Merci a Pierre Brice : Le carillon de son célèbre Hôtel de Ville, qui date de 1536, rejoue une scène du folklore local : deux chevreaux qui devaient être servis, rôtis, au Gouverneur en visite, se sont sauvés dans les étages, ils ont fini leur échappée sur le toit de la bâtisse, où ils se sont battus. Ils s’affrontent depuis chaque jour, à midi, pour la grande joie des touristes et des enfants. Le dimanche, une fanfare commémore bruyamment le roi des corbeaux, soigné par un sonneur de trompette : en signe de reconnaissance, les oiseaux ont défendu la ville lorsqu’elle a été assiégée.)

Retours en train, a peine 3 heures mais dans un compartiment ou notre ami Bratek avait eu la bonne idee de s'installer avec une quinzaine de poules, evidemment vivantes et agitees, dans des cages et meme des sacs de toile. Odeur terrible s'ajoutant a la nausee et la fatigue des soirees.
Dormir 15h.
Lundi, matin. Ciel bleu. -15C.

Nouvelle semaine.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home